La lecture du coran en groupe

Toutes les discussions autour du saint coran.

La lecture du coran en groupe

Messagepar mkamel » 23 Janvier 2010, 13:19

salam alaykom, la lecture du coran en groupe est-elle permise ?
mkamel
 
Messages: 2
Inscrit le: 23 Janvier 2010, 13:14

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar ibnmoussa » 25 Janvier 2010, 11:11

walaykum salam
la lecture en groupe est permis suivant les circonstances, voici queques fatawas là dessus:

Q : Que dites-vous, cheikh - qu’Allah vous protège - sur un homme qui réunit un nombre de personnes chez lui pour étudier ensemble une partie du Coran ? Ensuite, les gens présents invoquent Allah pour eux-mêmes, et pour les musulmans. Après cela, cet homme invite ses hôtes à prendre un repas qui a été préparé auparavant ; puis, chacun rentre chez soi.

Et autour de la même question, la personne qui a réuni ces gens leur distribue des chapitres différents du Coran, et chacun lit de son côté la partie qu’on lui a donnée. Lorsqu’ils ont tous fini, l’un d’eux invoque Allah pour eux-mêmes et pour les musulmans. En faisant cela, ils disent que c’est comme s’ils avaient achevé la lecture du Coran complet et cela, pour obtenir sa bénédiction.



R : Louange à Allah, et prière et salut d’Allah sur le Prophète, sa famille et ses Compagnons.



Premièrement : Le fait de se réunir pour réciter le Coran, l’étudier, que l’un d’entre eux lise et que les autres écoutent, étudient ensemble ce qu’ils ont lu et essaient de comprendre ses significations, est permis ; c’est même un acte d’adoration qu’Allah aime et pour lequel Il accorde une récompense abondante. Muslim rapporte dans son Sahîh, ainsi qu’Abû Dâwûd, selon Abû Hurayra, que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Pas un groupe de gens ne se réunit dans l’une des maisons d’Allah pour lire le Livre d’Allah et l’étudier entre eux, sans que la tranquillité ne descende sur eux, la miséricorde [d’Allah] ne les enveloppe, que les anges ne les entourent et qu’Allah ne fasse leur éloge à ceux qui sont auprès de Lui (les anges). »1



L’invocation après la lecture du Coran complet est permise, mais il ne faut pas la faire constamment [en cette circonstance] et pas non plus employer la même invocation à chaque fois, comme si c’était une Sunna, car il n’y a pas de preuve que le Prophète l’a fait ; par contre, il y a une preuve que certains Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, l’ont fait.



Il en est de même pour l’initiation de ceux qui ont assisté à la lecture et à manger. Il n’y a pas de mal à le faire mais il ne faut pas que cela devienne une habitude après la lecture.



Deuxièmement : La distribution des chapitres du Coran à ceux qui sont présents pour que chacun lise pour lui-même un ou plusieurs chapitres, n’est pas considéré comme la lecture du Coran entier, pour chacun d’entre eux obligatoirement.

Qu’ils aient l’intention de lire le Coran pour obtenir la bénédiction seulement est insuffisant, car la lecture du Coran doit se faire avec l’intention d’accomplir un acte d’adoration, d’apprendre le Coran par cœur, de méditer dessus, de comprendre ses lois, d’en tirer des leçons, d’obtenir une récompense (de la part d’Allah), d’habituer sa langue à la lecture, et pour d’autres profits encore.

Allah facilite toute chose, et prière et salut d’Allah sur le Prophète, sa famille et ses Compagnons.

Q : Qu’en est-il de la lecture du Coran le jour du vendredi à l’aide de haut-parleurs, avant la prière du Dhuhr. Si on dit [à celui qui se comporte de la sorte] : « Cet acte n’a pas été rapporté (du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui) », il répond : « Tu veux empêcher qu’on lise du Coran ? ! »

Quelle est votre position concernant les supplications effectuées juste avant la prière du Fajr à l’aide de haut-parleurs ? Et si on dit : « Il n’y a aucune preuve au sujet de cet acte », on vous répond : « Ceci est un acte de bien qui réveille les gens pour la prière du Fajr. »

R : Nous ne connaissons pas de preuves indiquant que cet acte a eu lieu du temps du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, de même que nous ne connaissons aucun Compagnon ayant agi de la sorte.

Il en est de même pour les supplications qui précèdent l’appel à la prière du Fajr à l’aide de haut-parleurs.

Tout ces actes sont donc une innovation, et toute innovation est un égarement. Or, on rapporte authentiquement du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, qu’il a dit :


« Quiconque innove dans notre religion une chose qui n’en fait pas partie, cette chose sera rejetée. »[1]


C’est d’Allah que vient l’aide, et qu’Allah bénisse et salue notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.


Q : Lorsque une personne décède, les gens ont l’habitude de lire le Coran à voix haute dans sa maison, à l’aide de haut-parleurs. Lorsque le corps est emmené par le véhicule prévu à cet effet, les haut-parleurs sont mis en marche aussi, au point où le simple fait d’entendre du Coran, indique que quelqu’un est décédé.
Les gens vont jusqu’à penser, lorsqu’ils entendent du Coran, que cela porte malheur ; c’est arrivé à un point où les gens ne lisent le Coran qu’à l’occasion du décès de quelqu’un. Quel est le jugement de l’islam à ce sujet ? Et quels sont les conseils que vous promulgueriez à l’égard de ces personnes ?

R : Sans aucun doute, cet acte est une innovation, quelque chose qui n’existait pas au temps du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, ni au temps des Compagnons. Le Coran permet d’alléger les tristesses à condition qu’il soit lu par chaque personne pour lui-même, et non pas en le lisant amplifié au moyen de haut-parleurs.

De même, le rassemblement de la famille du mort afin d’accueillir les visiteurs venus présenter leurs condoléances fait aussi partie des choses qui n’étaient pas connues auparavant, au point où certains savants durent déclarer que c’est une innovation. Pour cette raison, nous ne considérons pas convenable que la famille du mort se rassemble pour recevoir des condoléances. Il leur incombe plutôt de fermer les portes de la demeure, et s’ils rencontrent quelqu’un au marché ou qu’un proche vienne leur rendre visite sans préparation préalable, il n’y a pas de mal à cela.

Quant au fait d’accueillir les gens, cela n’était pas connu du temps du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, au point où les Compagnons considéraient que le rassemblement de la famille du mort et la préparation d’un repas pour les visiteurs faisait partie de la lamentation. Or, le fait de se lamenter fait partie des grands péchés comme cela est connu, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a maudit celle qui gémit au point d’être entendue, et il a dit :

« Si celle qui gémit ne se repent pas avant la mort, elle sera ressuscitée le Jour de la Résurrection avec une tunique de goudron et une cuirasse de gale. »
Qu’Allah nous en épargne !
Le conseil que je promulguerais à mes frères serait de délaisser ces choses inventées, car c’est préférable pour eux auprès d’Allah, de même que pour le mort, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, nous a informé que le mort est châtié en raison des pleurs et des gémissements de sa famille ; et « châtié » signifie qu’il souffre à cause de ces pleurs et de ces gémissements, bien qu’il ne soit pas puni comme l’est celui qui commet l’acte, car Allah dit :

« Or personne ne portera le fardeau d’autrui. »

Le châtiment ne signifie pas nécessairement punition. En effet, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

« Le voyage est une partie du châtiment. »

Et la douleur, le souci, et ce qui s’y apparente sont considérés comme un châtiment (ou une torture). D’ailleurs, on entend souvent les gens dire : « Ma conscience me torture. »

Bref, ce qui est important, c’est que je conseille mes frères de s’éloigner de ce genre de coutumes qui ne font que les éloigner d’Allah et ne font qu’accentuer la douleur du mort.
Q : Chez nous, il est de coutume de lire du Coran et de faire des invocations avant la prière du Fajr puis de faire l’appel à la prière.

Cela fait-il partie de la Sunna ou non ? Quelle est la position de la religion à ce sujet ?

R : Lire le Coran et faire des invocations systématiquement avant l’appel à la prière du Fajr ne fait pas partie de la Sunna. C’est plutôt une innovation.


C’est d’Allah que vient l’aide, et qu’Allah bénisse et salue notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.
« Je n’ai pas laissé une chose qui vous éloigne du Feu sans vous en avoir parlé. » (At-Tabarani).
« Je vous ai laissé sur une voie claire, de nuit comme de jour, ne s’en écarte après moi qu’un homme voué à la perte. » (Ahmad)
ibnmoussa
 
Messages: 98
Inscrit le: 05 Novembre 2009, 08:02

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar fouadbenmman » 05 Février 2010, 22:56

asslamo alaikom,
Mais akhi c'est trop long pour nous les débutants,

Voila, La lecture du coran en groupe est:
* interdite: dans tous les cas sauf:
* permise: quand on est dans un cours de lecture du coran ''tajweed'', l'instituteur prononce le verset et après les étudiants redisent le même verset ensemble en groupe, puis lui l'instituteur leurs corrige.
* permise: quand on est en groupe et chacun de nous lis des versets et l'autre après lui et ainsi de suite,en tour de rôle, ...

Merci.
Et Assalamo alaikom.
fouadbenmman
 
Messages: 5
Inscrit le: 05 Février 2010, 22:17

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar ibnmoussa » 08 Février 2010, 08:28

As salamu alaykum
Akhi c'est le soucis de donner quelque chose de claire et détaillée qui nous motive à telle enseigne que l'on rapporte les fatawas des cheikhs dans leur intégralité. Maintenant l'acquisition de la science ne se fera qu'en puisant sur les textes des ulémas et pour cela nous nous devons de fournir au moins un certain effort pour lire et comprendre ces textes même si ils présentent un caractère long. N'oublions pas que chaque jour on fournit des efforts beaucoup plus vastes et plus douloureux que le simple fait de lire un ou deux textes des cheikhs.
« Je n’ai pas laissé une chose qui vous éloigne du Feu sans vous en avoir parlé. » (At-Tabarani).
« Je vous ai laissé sur une voie claire, de nuit comme de jour, ne s’en écarte après moi qu’un homme voué à la perte. » (Ahmad)
ibnmoussa
 
Messages: 98
Inscrit le: 05 Novembre 2009, 08:02

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar mohamedlemuslim » 27 Août 2010, 17:10

salam alaikom :D je voudrai savoir est ce que a le droit de faire c ablution avec de l'eau de riviere,de lac merci
mohamedlemuslim
 
Messages: 2
Inscrit le: 27 Août 2010, 17:05

Messagepar Rachid » 30 Août 2010, 16:24

Chère frère, rien avoir avec le sujet de base qui est "La lecture du coran en groupe" mais je me permet comme même de te répondre incha-allah, je ne qualifierai pas cette question comme "question bête" mais à entendre cela sa parait un peu ambiguë, mais c'est une bonne question ;)
tout d'abord sa dépend, si cette rivière et propre et que le gens peuvent s'y baigner ou boire de cette eau, il n' a aucun problème.

Mais si cette eau te parlait "Louche" c'est à dire que tu ne sais pas d'où elle provient (d'où elle sort) je te conseillerai de ne pas faire tes ablutions là-dedans.

Mais si tes en voyage ta la solution de "La pierre" mais si tu veut seulement sortir près d'un lac et que tu prévoit de prier là bas, bah prévoit une bouteille.

Salam-ouellykum!
Rachid
 
Messages: 2
Inscrit le: 30 Août 2010, 16:06

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar ton frère » 16 Septembre 2010, 21:00

Assalamou3alaykoum mes frères,
beaucoup de musulmans pensent que lire le coran en groupe est une innovation.
personnellement, je n'ai pas les capacités de répondre à cette question qui m'est d'une importance capitale car depuis mon enfance, après la prière de Lmaghrib, on lit le coran en groupe comme certaines mosquées au Maroc.
la lecture du coran selon tilawato warsh 3an Nafir ( principalement utilisée au Maghreb ) permet justement la lecture collective car elle possède des wa9f ( "stop") bien déterminé ce qui permet auX lecteurS de se suivre. et bien sur avec un respect des règles et une lecture compréhensible.
la lecture du coran en groupe permet également l'envie de lire avec une grande motivation.

Par rapport à la question " la lecture collective" est-elle une innovation? il est préférable de s'instruire avant d'y répondre et de dire ALLAH O A3LAM. car une mauvaise réponse peut influencer des centaines voir des milliers de personnes qui utilise ce forum comme référence. c'est une charge très lourde le jour du jugement dernier.Un grand Imame,imamou Maalik si mes pensées sont correctes, un jour après avoir reçu 60 questions n'a répondu qu'à seulement 4 sur place de peur de se tromper. Wallahi mes frères je vous demande de faire très attentions aux réponses que vous données, ce n'est pas juste une réponse dite oralement mais une réponse écrite qui restera gravée sur internet.

voici un site qui explique que la lecture du coran est autorisée et encore une fois ALLAH O A3LAM.
-http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Statut-de-la-lecture-du-Coran-en-groupe-dans-les-Mosquees---_m94134.html

ceci n'est pas une critique mais juste un conseil pour tous musulmans qui prennent la responsabilité de répondre aux questions.
jazaakoumo llaho 3anna khayran ,Wasallamou 3alaykoum
ton frère
 
Messages: 1
Inscrit le: 15 Septembre 2010, 23:08

Re: La lecture du coran en groupe

Messagepar ibnmoussa » 25 Septembre 2010, 10:38

As salamu alaykum
Mon frére il faut bien lire, ce sont pas des réponses personnelles mais plutôt des fatawas de grands savants en l'occurence Ibn Baz et Cheikh Salih Outheimine.Aussi il ne faut pas se dire que les actes que mes parents ou mes proches font sont conformes à la sunna, il faut toujours éviter d'imiter une personne( quelque soit son rang social) dans un pratique sans pouvoir le justifier si on te demande des preuves.
Par ailleurs en matiére de religion personne n'est parfait, on se perfectionne de jour en jour et il ne faut jamais être rigide dans une position bien donnée, au contraire il faut toujours être animé par la recherche de la vérité et de l'appliqué dés que c'est avéré.
En fin en ce qui concerne l'innovation voici une mise en garde du cheikh Otheimine(rahimul Allah):





Question : Que signifie l’innovation et quels sont les principes qui la régissent ? Existe-t-il de bonnes innovations (Bid’a Hassana) ?

Quel est le sens de la parole du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui : « Quiconque institue dans l’islam une bonne pratique (Sunna Hassana)... »[1] ? Qu’Allah vous récompense.



Réponse: Du point de vue de la loi divine, l’innovation se caractérise par l’intention d’adorer Allah au travers d’un acte qu’Il n’a pas prescrit. On peut aussi dire que c’est l’adoration d’Allah le Très-Haut, par un moyen non connu du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, ou de ses Califes Bien-Guidés. La première définition est issue de la parole d’Allah le Très-Haut :



« Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? »[1]



La seconde définition est issue de la parole du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui :



« Suivez ma tradition et celle des Califes orthodoxes et bien-guidés après moi, accrochez-vous fermement. Et prenez garde aux choses inventées. »[2]



Ainsi, toute personne qui adore Allah au travers d’une chose qu’Il n’a pas prescrite ou que n’a pas pratiquée le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, et ses Califes bien guidés est un innovateur, que cette adoration concerne les Noms et Attributs d’Allah ou Ses décrets et Ses Lois.

Quant aux actes de la vie courante qui relèvent des us et coutumes (‘Urf), ils ne sont pas considérés comme des innovations religieuses, bien qu’elles soient des innovations du point de vue linguistique.

En tout cas, ce ne sont pas des innovations religieuses, et ce n’est pas sur cela que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, nous a mis en garde.

De plus, il n’existe pas de bonne innovation religieuse. La bonne pratique (Sunna Hassana) est celle qui est en accord avec la Sharî’a. Elle englobe le fait de commencer cette pratique, le fait de la faire revivre après qu’elle ait été délaissée, ou le fait d’instituer une chose qui sera un moyen permettant la pratique d’un acte d’adoration. Nous sommes donc en présence de trois choses.

Premièrement : désigner comme Sunna le fait de commencer une action. C’est d’ailleurs dans ces circonstances que le hadith a été dit : le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a incité à verser l’aumône à des personnes venues à lui, et qui étaient dans un état déplorable. Il a donc inciter à dépenser pour eux. C’est alors qu’un homme parmi les Ansâr[3] vint avec une bourse tellement pleine d’argent qu’il avait du mal à la porter. Il posa cette bourse sur les genoux du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, qui dit alors :

« Quiconque institue une bonne pratique (Sunna) récoltera sa récompense et la récompense de ceux qui l’ont pratiquée. »[4]

Cet homme a donc institué une Sunna en commençant une [bonne] action (qui a une base préétablie dans la religion), et non le commencement d’un nouvel acte religieux.

Deuxièmement : Une Sunna qui a été délaissée, puis qu’une personne a fait revivre par la pratique. On dira de cette personne qu’elle a pratiqué une Sunna dans le sens qu’elle l’a faite revivre, même si elle ne l’a pas établie d’elle-même.

Troisièmement : Faire une chose qui est un moyen permettant la pratique d’un fait qui a sa base dans la religion, comme la construction des écoles et l’édition de livres. Ces choses ne sont pas des actes d’adoration en soi, mais plutôt des moyens qui en permettront d’autres. Tout ceci est donc inclus dans la parole du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui :


« Quiconque institue une bonne Sunna récoltera sa récompense et la récompense de ceux qui l’ont pratiquée. »[5]

Mais nous avons déjà détaillé cela en d’autres occasions.

Fatwa de Cheikh OtheimineAl-Majmû’ uth-Thamîn, vol. 1, pages 29 et 30.


--------------------------------------------------------------------------------
[0] Rapporté par Muslim, chapitre de la Zakât, n°1017 et chapitre de la science, n°1017.

[1] La Concertation, v. 21.

[2] Rapporté par Abû Dâwûd, chapitre de la Sunna, n°4607 ; At-Tirmidhî, chapitre de la science, n°2678 ; Ibn Mâjah dans son introduction, n°42.

[3] Habitants de Médine qui ont accueillis les musulmans de la Mecque lors de l’Exode (Hijra). [N. du T.]

[4] Rapporté par Muslim, chapitre de la Zakât et, chapitre de la science, n°1017.

[5] Rapporté par Muslim, chapitre de la Zakât et, chapitre de la science, n°1017.



fatawaislam.com
« Je n’ai pas laissé une chose qui vous éloigne du Feu sans vous en avoir parlé. » (At-Tabarani).
« Je vous ai laissé sur une voie claire, de nuit comme de jour, ne s’en écarte après moi qu’un homme voué à la perte. » (Ahmad)
ibnmoussa
 
Messages: 98
Inscrit le: 05 Novembre 2009, 08:02


Retour vers Le saint coran

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités